HISTOIRE

Trait_1

Constant Bourquin, journaliste, éditorialiste, éditeur mais aussi et surtout grand amateur de vins suisse, fonda en 1971 l’Académie Internationale du Vin, constatant la prédominance d’une viticulture industrielle, réfractaire au maintien des traditions, au détriment des méthodes artisanales, fidèles au savoir-faire ancestral et respectueuses des biens offerts par la nature. Il créa alors un organisme devant être à la fois une mémoire, un conservatoire, un atelier de réflexions et de propositions, mais aussi un bastion pour la défense du Grand Vin d’Origine Historique, d’un vin dit «noble».

Dès 1968, Constant Bourquin rallia à sa cause nombre d’amoureux du vin et de défenseurs de l’authenticité du goût, parmi lesquels André Parcé, vigneron français de Banyuls, qui fut le premier à le rejoindre. Puis vint Jacques Perrin dévoué à Châteauneuf-du-Pape. S’ajoutèrent alors des personnalités de tous horizons, françaises ou étrangères, vignerons, scientifiques ou amateurs, ayant comme point commun de défendre les intérêts des vins de qualité ainsi que de perpétuer des traditions indissociables d’une expérience gustative inégalable. En tant que l’un des plus grands fédérateurs des sociétés modernes comme antiques, le vin est l’ambassadeur des pays qui l’ont élevé et mérite pour cette raison toute l’attention et le respect lui étant dûs.

C’est de ce constat qu’est née l’Académie Internationale du Vin, que Constant Bourquin a dirigée avec passion jusqu’à ses derniers jours. Aussi, le fruit étant parvenu à maturité, le 25 juin 1971, en la bonne ville de Bordeaux dans la Maison du Vin, eut lieu l’Assemblée Constitutive de l’Académie Internationale du Vin. Les Membres Fondateurs présents étaient onze, un citoyen Helvétique, Constant Bourquin, ainsi que dix Français. Ils cooptèrent sur-le-champ vingt et une autres personnalités ayant défendu, défendant et devant défendre manifestement et doctement la cause du Vin Noble Naturellement élaboré, les Vins Historiques, et de leurs Eaux-de-vie dérivées.

Dès 1972, l’Académie entreprit une définition du « Vin Naturel », organisant débats et conférences destinés à appréhender le plus justement possible ces termes en perte de valeur depuis l’expansion de la vinification à grande échelle. Elle s’intéressa ensuite à une définition du «Vin Noble », entreprise complexe qui occupe encore ses membres à ce jour. Une traduction d’un vocabulaire de la dégustation en 1’000 mots a été établie en cinq langues, dans le but de mettre un terme aux fréquentes confusions de termes d’un idiome à un autre ainsi qu’aux incompréhensions qui en découlent.